Chansons de rédemption

Cela ressemble… à des textes classiques d'hymnes qui associent divers éléments pop, rock et alt-folk évoquant des éléments de U2, des Beatles, de Johnny Cash, de Neil Finn, des Blind Boys de l'Alabama, de Mindy Smith et d'Ollabelle. En bref… Bien que certaines de ces chansons de Rédemption semblent un peu banales, la plupart adaptent les anciens hymnes avec intelligence et soin des textes significatifs et de l'art qui les porteTrack ListingDieu sois miséricordieux envers moiJ'ai besoin de toi chaque heureDieu lèvera ta têteJe m'envolerai mais le sang nous laisse aimer et chanter et nous émerveiller venir et pleurer avec moi un endroit cachéJésus, je lève les yeuxIl va bien avec mon âme Sur les banques tumultueuses de Jordan Je me tiens à la bonne source du vrai déliceIls sauront que nous sommes chrétiens par notre amour

Des gens de l'industrie de la musique et de l'extérieur de celle-ci font pression depuis des années sur Jars of Clay pour qu'ils fassent un disque d'adoration. Pourquoi pas? Ce groupe est considéré par beaucoup comme l’un des artistes les plus artistiques et les plus créatifs de la musique chrétienne. Comme en témoignent leurs contributions à City on a Hill et à Exodus, ils pourraient en fait apporter quelque chose de nouveau et de significatif à la table de musique de culte. Mais Jars a été naturellement hésitant, souhaitant éviter l’apparence de prendre le train en marche et se concentrant sur la création d’un tel album avec une intégrité à la fois musicale et spirituelle.

Jars a apparemment réussi dans ce sens pour son dernier projet. Redemption Songs tire parti du talent du groupe pour créer des ponts, des arts et des idées. Le concept général était de puiser dans les hymnes du passé et de les associer aux sons du présent pour donner un aperçu plein d'espoir de l'église du futur. Ce n'est pas une idée révolutionnaire, avec un certain nombre de CD d'hymnes révisés et modernisés déjà publiés en 2005 seulement. L’approche de Jars of Clay est plus distinctive, car elle sépare des couvertures modernes et modernes de la mélodie habituelle avec des mélodies modifiées et des arrangements transformés. L'accent est mis principalement sur les textes, montrant une préférence pour le lyrisme moins connu par rapport à l'hymne le plus populaire de l'histoire.

Pour les amateurs de musicologie, il existe même quelques exemples du groupe mettant pour la première fois de vieux textes du 18ème siècle en musique. À certains égards, ces morceaux sont les meilleurs de l’album car ils ressemblent à ceux de Jars of Clay, qui les possède davantage - bien évidemment, puisque c’est leur mélodie dans ces circonstances. Le single radio "Dieu lèvera la tête" est un bon rocker avec des paroles réconfortantes de Paul Gerhardt (traduit par John Wesley). "Jésus, je lève mes yeux" d'Anne Steele est donné vie comme une puissante expression de foi placée dans un mélange folklorique rebondi. Ceux-ci, ainsi que "Hiding Place" de Daniel Herbert, s'intègrent parfaitement au catalogue de Jars of Clay.

Les couvertures simples sont un peu plus prévisibles, mais néanmoins impressionnantes. Ce film est une interprétation rock / gospel moderne et merveilleusement dynamique et rythmée de "Nothing but the Blood", mettant en vedette des voix inédites de The Blind Boys of Alabama, qui est véritablement transformée tout en préservant l'esprit de l'hymne. "I'll Fly Away" ressemble assez à ce que vous attendez de la part de Jars, en particulier après leur album Who We Are Better, mais l'interprétation gospel rock avec l'ajout de la voix grave et mélancolique de Sarah Kelly en fait un haut lieu émotionnel. Le groupe confère à "I Need Thee Every Hour" une légère sensation acoustique de U2 tout en assignant à l'hymne un refrain et un pont légèrement nouveaux. De même, il existe quelques variations artistiques Beatle-esque qui donnent une interprétation par ailleurs tout à fait directe de «C’est bien avec mon âme». À noter également une reprise alt-folk atmosphérique du classique des années 60, "Ils sauront que nous sommes chrétiens par notre amour".

Jars of Clay ne fait que méandre quand ils s'appuient sur les arrangements modifiés d'autres artistes indépendants, tels que les interprétations de Christopher Miner de "God Be Merciful to Me" et de "On Jordan's Stormy Banks". Bien que les mots soient tout aussi significatifs et que le son reste agréable, c'est sur ces morceaux que la vision du groupe semble légèrement ternie. Les artistes font depuis des années des arrangements inspirés mais mémorables comme ceux-ci, notamment Derek Webb, Andrew Osenga (Caedmon's Call) et la série indépendante Indelible Grace, à laquelle ces artistes et Jars ont déjà contribué. Martin Smith (Delirious) n’ajoute rien d’intéressant à la version de Laura Taylor de "Let Us Love and Sing and Wonder", en particulier par rapport aux autres spots exceptionnels. Peut-être est-ce dû au fait que Smith ne semble pas à sa place ici, ou peut-être vient-il de paraître sur trop d'albums récemment.

Bien que Redemption Songs ne soit pas l'un des meilleurs albums du groupe, il n'en demeure pas moins fort, conçu avec intelligence et soin des paroles profondément ressenties et de la musique qui les contient. Certaines pistes brillent plus fort que d'autres, mais dans l'ensemble, il est évident que ce groupe s'efforce d'aller au-delà de la simple refonte d'anciens hymnes du XXIe siècle ou de la reprise de chansons connues sous forme de chansons simples à la radio. Cet album de culte dépasse les mouvements et les tendances et se concentre plutôt sur la connexion des personnes de foi avec leur créateur - à travers une tradition lyrique significative de grâce et de restauration, ainsi que sur la tradition musicale respectée et constante du groupe, qui dure depuis dix ans.

Des Articles Intéressants