Le mot "compétition" n'est pas dans la Bible

Saviez-vous qu'il existe dans notre culture un mot très courant que vous ne pouvez pas trouver dans la Bible? C'est le mot «compétition». Jésus n'en a jamais parlé, mais il a parlé du contraire de ce mot.

Quel est le plus grand catalyseur qui permet aux non-sauvés de prendre une décision pour Jésus-Christ? Ce n'est pas une prière, même si c'est important. Ce n'est pas de bonnes actions, bien que ces actions indiquent une relation fructueuse avec Dieu. Ce n'est pas un bon comportement, même si le Christ nous commande d'être obéissants en tant que fils. Le plus grand pouvoir des enfants de Dieu sur les ténèbres est l'unité. Jésus a beaucoup parlé de son unité avec le Père et de l'importance de l'unité dans le Corps du Christ. C'est le commandement le plus difficile que Jésus ait donné à l'Église, car elle combat le plus mauvais aspect de notre nature pécheresse - l'indépendance.

Les murs de division et de compétition entre son corps sont une puanteur dans les narines de Dieu. Il voit la compétition et l'orgueil de la propriété et pleure pour les perdus qui ne peuvent pas venir à lui parce qu'ils ne peuvent pas le voir dans son corps. Quand son corps est un, les incroyants voient que Jésus a été envoyé par Dieu. C'est comme une clé surnaturelle qui ouvre le Ciel pour l'âme païenne. La clé est dans la main de l'église du Christ.

Quand il y a unité, il y a pouvoir. Les Ecritures nous disent que cinq en poursuivront 100, mais 100 en poursuivront 10 000 (voir Lévitique 26: 8). Il y a un facteur de multiplication dynamique dans l'unité des nombres. Nous sommes cent fois plus efficaces lorsque nous formons un groupe unifié. Imaginez ce que Dieu pourrait faire avec une église unifiée.

Jésus a prié pour que nous puissions tous être un, comme le Père et Lui: "Afin que tous soient un, Père, comme vous êtes en moi et moi en vous. Qu'ils soient également en nous pour que le monde crois que tu m'as envoyé " (Jean 17:21). Il voulait que le même amour que Dieu a pour Jésus soit en chacun de nous. Quand cet amour est en nous, nous sommes attirés les uns par les autres avec une mission commune. Les murs tombent. L'esprit indépendant est brisé. La compétition est détruite. Les accusations de Satan sont contrecarrées. Notre amour l'un pour l'autre est manifeste dans le monde qui nous entoure. Les âmes perdues commencent à rechercher cet amour qui leur est si étranger.

Une histoire est racontée à propos de FB Meyer, le grand professeur de Bible et pasteur qui vécut il y a un siècle. Il était pasteur d'une église et a commencé à remarquer que la fréquentation souffrait. Cela a continué jusqu'à ce qu'il demande enfin à certains membres de sa congrégation un dimanche matin pourquoi ils pensaient que l'assistance était réduite.

Un membre s'est porté volontaire: "C'est à cause de cette nouvelle église sur la route. Le jeune prédicateur fait parler tout le monde et beaucoup vont l'entendre parler."

Il s'appelait Charles Spurgeon. Meyer, plutôt que de chercher à décourager cela, a exhorté toute la congrégation à le rejoindre et à aller participer à la réalisation de ce "mouvement de Dieu" tel qu'il l'a décrit à sa congrégation.

"Si cela se produit, alors Dieu doit être à l'œuvre."

Meyer, même s’il était un prédicateur et un enseignant accompli, a reconnu où Dieu était à l’œuvre et s’y est associé.

Pouvez-vous imaginer cette histoire se dérouler dans notre climat spirituel aujourd'hui? La concurrence a tellement pénétré l'Église que de nombreuses églises et organisations chrétiennes abordent le ministère comme un événement sportif. Ils considèrent leur mission comme une entreprise cherchant à gagner des parts de marché parmi les chrétiens - donateurs, membres, influence - le tout sous le nom de Dieu. Je suis sûr que Dieu nous regarde et demande: "Qu'est-il arrivé à Jean 17:23?" Parfois, nous devons rappeler à nos collègues serviteurs que nous sommes tous dans la même équipe! Nous devrions chercher à avoir un impact sur le Royaume de Dieu, sans nous préoccuper de notre propre part de marché.

Chacun devrait utiliser le don qu'il a reçu pour servir les autres, en administrant fidèlement la grâce de Dieu sous ses diverses formes (1 Pierre 4: 9-11).

Il existe un principe du Royaume que peu de gens comprennent vraiment. Le principe est le suivant: lorsque vous vous concentrez sur le service des autres, votre besoin est souvent satisfait par la loi surnaturelle de Dieu qui consiste à servir, semer et récolter.

J'ai vu cela arriver si souvent. La loi des semailles et des récoltes entre en jeu dans ce principe du Royaume. "Semez pour vous la justice, récoltez le fruit d'un amour sans faille" (Osée 10:12). "Rappelez-vous ceci: Celui qui sème avec modération récoltera également avec parcimonie, et celui qui sème avec générosité récoltera également avec générosité. Chaque homme devrait donner ce qu'il a décidé dans son cœur de donner, non à contrecoeur ou sous contrainte, car Dieu aime les généreux donateurs. Et Dieu est capable de faire en sorte que toute grâce abonde pour vous, afin que, dans toutes les choses, à tout moment, ayant tout ce dont vous avez besoin, vous abonderez dans toute bonne œuvre " (2 Corinthiens 9: 6-9).

Dieu a déjà pré-ordonné votre provision.

Oui, c'est correcte. Vous ne pouvez pas donner à Dieu. Il sait où tu allais vivre. Il sait quand tu vas venir sur la terre. "Eternel, tu m'as donné ma part et ma coupe; tu as sécurisé mon sort. Les lignes de démarcation me sont tombées dans des endroits agréables; j'ai sûrement un héritage délicieux" (Psaume 16: 5-6). "A partir d'un homme, il créa toutes les nations, afin qu'elles habitent toute la terre; et il marqua leurs temps dans l'histoire et les limites de leurs terres" (Actes 17:26).

Dieu connaît déjà vos œuvres: "Car nous sommes l'œuvre de Dieu, créée en Christ Jésus pour faire de bonnes oeuvres, que Dieu a préparées à l'avance pour nous" (Ephésiens 2:10).

Chaque fois que Dieu m'appelle à servir une autre personne avec mon temps et mes ressources, je remarque comment Dieu me mesure les ressources à partir de sources indépendantes. Parfois, cela provient d'un don inattendu à notre ministère, d'un discours ou d'une nouvelle opportunité. Il est étrange de voir comment cela se produit régulièrement lorsque je sers les autres. Nous ne devons jamais considérer les personnes ou les organisations comme une concurrence. Faith dit que je n'ai pas à manipuler les résultats.

Nous ne servons pas les autres pour obtenir. Cependant, lorsque vous servez les autres, il existe un principe du Royaume qui fonctionne pour vous en tant que fruit de votre service.

Une audience d'un

Eric Liddell nous a appris sur la compétition en tant que coureur olympique. Je n'oublierai jamais la scène dans Chariots of Fire lorsqu'il a dit à sa sœur religieuse: «Quand je cours, je sens son plaisir!» Il n'a jamais vraiment pensé à sa compétition parce qu'il avait seulement besoin de s'inquiéter de sa performance devant Dieu. Cependant, son concurrent était obsédé par Eric Liddell. Il devait le battre. Mais il n'a pas.

J'aime jouer au golf. Lorsque je joue dans un tournoi de golf, je ne joue pas contre l'autre joueur. Je joue au golf. S'il y a une concurrence, c'est que je lutte contre mon propre doute et le défi de balancer correctement le club de golf. Les résultats prennent soin d'eux-mêmes. Dans la vie chrétienne, cela se traduit par obéissance.

Pour le chrétien, nous sommes simplement appelés à l'obéissance et à la fidélité. Nous devons laisser les résultats à Dieu. Faites ces deux choses et vous aurez toujours des provisions. Même les Israélites ont dû apprendre cette leçon quand ils se battaient dans la Terre promise. Dieu leur dit: "Alors je vous ai donné un pays sur lequel vous n'avez pas travaillé et des villes que vous n'avez pas bâties; vous y habitez et vous mangez de vignes et d'oliveraies que vous n'avez pas plantées" (Josué 24:13). Que disait Dieu? Il disait: "Ce n'est pas ton problème !!" Dieu disait: "Fais ce que je dis et tu auras toujours des provisions." Parfois, vous recevrez moins que ce que vous pensez mériter; Parfois, vous recevrez plus que ce que vous méritez - parce que tout est enraciné dans l'obéissance.

Dès que vous commencez à vous inquiéter pour d'autres personnes, d'autres ministères ou d'autres églises, vous commencez à être tenté d'essayer de contrôler les résultats. C'est un péché. C'est un échec pour faire confiance à Dieu et c'est de la fierté et un affront à Dieu. La stratégie de Satan est de détruire l'efficacité du christianisme en créant une désunion et une compétition entre son corps.

Le psalmiste a écrit: "Voyez comme il est bon et agréable pour les frères d'habiter ensemble dans l'unité" (Psaume 133: 1).

Avez-vous contribué à un esprit indépendant au sein de son corps? Dieu appelle les chrétiens à une économie du royaume supérieur sans concurrence. Il nous demande de servir les autres. "Ne faites rien par ambition égoïste ou par vanité. Par humilité, valorisez les autres au-dessus de vous-mêmes, ne cherchez pas votre propre intérêt, mais chacun de vous, l'intérêt de l'autre" (Philippiens 2: 3).

Cherchez-vous à aider à éliminer les barrières de concurrence entre les chrétiens, les églises, les groupes para-religieux, les dénominations et les groupes ethniques? Voulez-vous briser l'esprit de compétition en vous ou votre organisation? Faites quelque chose pour quelqu'un d'autre sans aucun avantage direct. Cela va commencer à briser cet esprit indépendant concurrentiel.

Jusqu'à ce que nous marchions dans l'esprit d'unité, nous ferons obstacle à ceux en qui Dieu a réservé une place au ciel. Priez pour que son église soit unifiée.

Os Hillman est président de Marketplace Leaders et auteur de Change Agent et de TGIF: Today God Is First , un courrier électronique quotidien gratuit.

Des Articles Intéressants