Se moquer du troupeau

Il y a peu de choses qui m'énervent vraiment en tant que chrétien. L'un d'entre eux sont des chrétiens qui couvrent d'autres chrétiens. Cela peut être fait de différentes manières, de la vente de programmes pour devenir riche rapidement à la vente de savon. La molleton est probablement une analogie assez précise, car lorsque vous mouchez un mouton, vous ne voulez pas vraiment le blesser, il suffit de le tondre lorsque la laine pousse un peu. La plupart des groupes qui recouvrent les moutons de Dieu veulent simplement leur vendre un produit, pas leur voler. Les produits peuvent même être bons, même si leur prix est généralement trop élevé. C'est parce qu'ils ont un prix élevé qu'un système de marketing personnel est attrayant. Si la plupart des gens évaluaient les produits sur une base purement concurrentielle, ils trouveraient généralement une meilleure offre.

Presque sans exception, le véritable atout dans un système de marketing "chrétien" est la capacité de vendre vos amis et de les "aider" (tout comme vous avez été aidés). À ce stade, l'objectivité disparaît et le plan ou le produit devient accessoire au motif du profit.

L'une des meilleures méthodes de marketing dans les cercles chrétiens est la crédibilité supposée, dans laquelle un groupe de vente assume la crédibilité de quelqu'un d'autre. Permettez-moi d'utiliser un exemple personnel. Dès les premières étapes de notre ministère, j’ai compris qu’un grand nombre de torts avaient été causés à de nombreux chrétiens sous l’apparence de "finances chrétiennes". De nombreux groupes avaient surgi en prétendant enseigner et conseiller sur les principes financiers bibliques, mais c'étaient en réalité des sociétés de vente déguisées. Ils ont bien enseigné quelques bons concepts, mais leur intention était de vendre un produit ou un service, et l'enseignement était généralement un gadget pour rassembler un groupe. En conséquence, de nombreux pasteurs étaient à juste titre prudents vis-à-vis de tout ministère des finances.

Dès le début, Christian Financial Concepts était déterminé à exercer ses activités en tant que ministère et à ne vendre aucun produit ou service, ni à approuver les produits ou services d'un autre groupe moyennant des frais (commission de retrait). Souvent, lorsque les fonds manquaient, il était vraiment tentant de faire des compromis. Au fur et à mesure que le ministère grandissait, nous avons reçu des offres de dizaines de groupes de vente qui le soutiendraient si nous leur envoyions simplement des personnes qui avaient besoin de produits. Je croyais alors, comme maintenant, que le faire serait utiliser la Parole de Dieu à des fins lucratives et être trompeur.

"Mais ceux qui veulent devenir riches tombent dans la tentation, un piège et de nombreux désirs insensés et nuisibles qui plongent les hommes dans la ruine et la destruction" (1 Timothée 6: 9). De ce fait, nous avons gagné la confiance de ceux que nous avons enseignés et conseillés et avons été capables de franchir les frontières dénominationnelles et doctrinales pour partager les principes de Dieu. La plupart des pasteurs qui connaissent le ministère savent qu'ils peuvent faire confiance à ce que nous enseignons et disons, même s'ils ne sont pas toujours d'accord avec l'interprétation exacte.

Au fil des ans, divers groupes ont vu le jour et enseignent les finances bibliques dans l'église locale et vendent également des produits. Ils impliqueront généralement que les CFC les approuvent, et un groupe a même déclaré que nous leur avions demandé d'appeler le pasteur (ce n'était pas le cas). Il arrive souvent qu'un membre de notre personnel utilise un produit ou un service offert par un groupe. Ensuite, ce groupe assume un endossement global. C'est trompeur et faux. Très peu de groupes peuvent respecter nos normes en matière de recommandation et nous n’acceptons jamais de frais ou de commission. Tout membre du personnel qui approuve un groupe sans approbation est sujet au licenciement. Ce n'est pas pour vanter CFC; nous avons commis des erreurs et nous le ferons encore, j'en suis sûr. Mais je veux démontrer que lorsqu'un groupe de vente veut assumer la crédibilité de quelqu'un d'autre, faites attention; c'est généralement parce qu'ils ne peuvent pas assumer les leurs.

Il y a un dicton qui dit: si ça ressemble à un canard et marche comme un canard, et si on le charrie comme un canard, c'est peut-être un canard. Dans le christianisme, cela semblerait être vrai. Si les non-croyants connaissent les mots et traînent souvent dans les églises, ils passeront souvent inaperçus. Selon le même principe, si les entreprises embauchent principalement des chrétiens, leur demandent de dire à tout le monde qu’elles sont des ministères et utilisent principalement des termes chrétiens, les autres penseront alors qu’il s’agit de «ministères».

S'il vous plaît, ne vous méprenez pas. Toute entreprise peut et doit être utilisée pour exercer son ministère. Les affaires sont un excellent outil pour partager le Christ. Mais une entreprise vend un produit et réalise un profit (espérons-le). Un ministère remplit une fonction impossible à réaliser. Par exemple, vous ne pouvez pas fournir un conseil aux familles en difficulté financière de manière rentable.

L'une des clés pour détecter une entreprise déguisée en ministère est de voir comment les fonds sont générés. Si c'est à travers la vente de produits et services (y compris les produits et services chrétiens), c'est une entreprise et doit être évalué avec un œil très critique. Si ce groupe utilise des "mots à la mode" pour obtenir une entrée, méfiez-vous. Voici quelques mots à la mode.

  • "J'aimerais venir partager notre ministère." Ceci est une phrase commune de mots à la mode. Si l’entreprise offre un produit ou un service légitime, elle doit alors s’appuyer sur ses propres mérites. Cela ne devrait pas nécessiter une approbation spirituelle pour entrer dans la porte. Ce qui me préoccupe, c'est que si quelqu'un induit en erreur au sujet d'une partie de l'entreprise, de quoi d'autre pourrait-il induire en erreur?

  • "Pasteur, nous avons quelque chose qui aidera votre peuple." Lorsqu'un groupe oriente son argumentaire de vente auprès des pasteurs, soyez sur vos gardes. Si c'est un produit pour les pasteurs ou un programme pour l'église locale, alors ce sont les pasteurs à qui faire appel. Mais s'il s'agit d'un produit, d'un régime alimentaire, d'une assurance, de testaments / fiducies ou de mines d'or et que cela s'adresse aux pasteurs, sachez que le groupe tente de mettre sa crédibilité en péril.

    Malheureusement, comme beaucoup de pasteurs ne sont pas bien payés, ils tombent également dans le piège des honoraires du chercheur. Souvent, le groupe proposera au pasteur des frais pour toute personne qu'il recommande qui achète les produits. De nombreux pasteurs ont perdu leur crédibilité personnelle en recommandant une entreprise à leur peuple. L'intégrité est gagnée sur une longue période et peut être perdue trop rapidement.

  • "Vous pouvez aider d'autres chrétiens." Sans aucun doute, c’est le véritable facteur décisif dans la moquette du troupeau. Si une entreprise peut convaincre ses vendeurs que le résultat final de leurs efforts est d'aider les autres, alors les méthodes peuvent être justifiées. C'est l'ancien syndrome "la fin justifie les moyens". En d'autres termes, vous ne les blessez pas vraiment en les trompant; après tout, c'est pour leur bien. Le véritable test des motifs est de savoir si le vendeur est disposé à renoncer à tout profit pour "aider" les autres.

    Je connais personnellement de nombreux vendeurs chrétiens honnêtes et éthiques qui refusent de tirer profit des relations avec des pasteurs ou des chrétiens rencontrés par l’intermédiaire de leur église. Ce n'est pas que vendre aux contacts chrétiens est nécessairement une erreur. C'est juste qu'ils croient que la tentation de faire des compromis est trop forte. "Car là où existent la jalousie et l'ambition égoïste, il y a le désordre et tout ce qui est mal" (Jacques 3: 16). Avec certitude, Dieu sait quels sont nos besoins, y compris nos besoins commerciaux. Il fournira à ceux qui ont besoin des produits, sans avoir à "utiliser" la communauté chrétienne.

Matthieu 21:12 décrit l'événement où Christ a chassé les changeurs du temple. Pourquoi a-t-il fait cela alors qu'il était évident qu'ils répondaient à un besoin des personnes qui venaient au temple pour adorer? La loi donnait aux Juifs le droit de vendre un animal destiné à être sacrifié s'ils effectuaient un long voyage, puis d'utiliser cet argent pour acheter un autre animal à sacrifier. Les changeurs ont répondu à ce besoin et la plupart des gens ont semblé satisfaits. Alors pourquoi a-t-il été si contrarié lorsque les deux côtés en ont bénéficié? Parce que Christ savait que le but des changeurs était de "tricoter le troupeau". Ils ont acheté bas et vendu haut avec le soutien des prêtres du temple et des chefs religieux. Si les gens voulaient que leurs sacrifices soient bénis, ils devaient utiliser des animaux "bénis". De toute évidence, cela n'a pas commencé comme ça. Cela a probablement commencé avec un agent de change qui a montré à un prêtre comment il pouvait aider beaucoup de gens et faire un petit bénéfice pour lui-même. Plus tard, il est devenu très utile pour qu'il puisse faire beaucoup de profit et aider un peu les gens. Pourquoi supposez-vous que cet événement a été rapporté dans les Écritures? L'une des raisons pourrait bien être que Jésus voulait que ses disciples comprennent exactement ce qu'il ressentait à propos de la mèche du troupeau. Si nous, chrétiens, devons faire des affaires entre nous, nous devons suivre les principes bibliques fondamentaux pour éviter le piège à toiser.

Premier principe: ne développez pas de programme de vente exclusivement pour "l'église". De toute évidence, du matériel pédagogique chrétien serait créé pour un marché chrétien, mais les autres produits ne le seraient pas. La plupart des programmes destinés presque exclusivement au marché chrétien sont vraiment des produits laïcs avec quelques termes chrétiens.

Récemment, un chrétien a appelé pour demander son opinion sur un ministère (entreprise à but lucratif) qui lui offrait (voulait le vendre) une volonté et une confiance "chrétiennes". Comme notre droit séculier régit les lois de notre pays, je souhaitais savoir ce qu’était une volonté et une confiance chrétiennes. Il s’est avéré qu’il s’agissait d’une volonté et d’une confiance relativement classiques avec plusieurs mots chrétiens parsemés partout. Cela semblait être un assez bon document avec un assez bon témoignage, à peu près le double du prix d'un testament standard et de la confiance. Son avantage réel était que le client puisse récupérer son argent si quatre amis s'inscrivaient et que des profits pouvaient être réalisés s'il y en avait plus de quatre. "Dans leur cupidité, ils vous exploiteront avec de fausses paroles; leur jugement depuis longtemps n’est pas en reste, et leur destruction n’est pas endormie" (2 Pierre 2: 3).

Deuxième principe: ne pratiquez pas la supercherie. Si vous avez un produit à vendre que vous croyez sincèrement qui bénéficiera à d’autres chrétiens, faites-le savoir, mais ne le promouvez pas en tant que ministère ou événement spirituel. Laissez votre oui être oui et votre non être non. En d'autres termes, laissez les gens savoir ce qu'est la société et quel est le produit. Si des frais de recommandation ou de recherche sont versés à une autre personne pour une piste, faites-le savoir également. Si vous craignez de perdre une vente en raison d'une totale honnêteté, le programme est malhonnête.

Pour lire d'autres articles de Larry Burkett, cliquez ici.

Des Articles Intéressants