"Dieu déteste le divorce" n'est qu'une partie de l'histoire

Quasiment toutes les personnes qui ont déjà été mariées ou qui se sont retrouvées dans un mariage difficile ou qui sont divorcées - dans la culture chrétienne - ont entendu quelqu'un leur dire que «Dieu déteste le divorce», tirant de Malachie 2:16 (NLT) cela dit: «Je hais le divorce», dit le Seigneur, le Dieu d'Israël.

Ces mots sont généralement utilisés comme un outil pour empêcher une personne de divorcer ou, malheureusement, pour expliquer pourquoi la vie de quelqu'un est si difficile après le divorce, comme dans, Eh bien, à quoi vous attendiez-vous? Dieu déteste le divorce… (Au fait, cela s'appelle ajouter insulte à blessure. Cela s'appelle être méchant. C'est ce qu'on appelle l'opposé de montrer de la grâce et de l'empathie. Si c'est tout ce que vous avez à dire à une personne dans ma position de femme divorcée, dites s'il vous plaît rien.)

L'une des premières règles d'interprétation des Ecritures, cependant, est le contexte. Pourquoi Dieu a-t-il prononcé ces paroles? À qui les disait-il? Qu'a-t-il dit d'autre dans ce même passage?

Ce passage a été écrit à une époque où des hommes, pour la plupart des dirigeants, divorçaient leurs femmes sans raison. Et si vous pensez que les femmes sont un peu plus vulnérables maintenant et qu'elles ont la vie dure après le divorce, à l'époque, elles étaient quasiment faites si leur mari les divorçait. Ces mots sont donc venus à un moment précis pour aborder un problème qui est en réalité opposé à ce que vous pourriez penser. Dieu ne disait pas «je déteste le divorce» pour s'adresser à la femme maltraitée dans le but de la motiver à se défendre ou à la faire honte de rester; en réalité, il s'adressait à l'homme de la femme jetable et lui disait que ce qu'il faisait était mal et qu'il le méprisait.

Et encore une fois, contexte, parce que si quelqu'un regardait même ce verset, il verrait que les mots suivants dans Malachie 2:16 (NLT) sont: «Et je déteste l'homme qui fait du tort à sa femme», dit le Seigneur de tous. "Alors, soyez prudent dans votre esprit et soyez un homme à qui on peut faire confiance."

Et regardez-le dans la Nouvelle version internationale: «« L'homme qui déteste et divorce sa femme », dit le Seigneur, le Dieu d'Israël, « fait violence à celui qu'il doit protéger », dit le Seigneur tout-puissant.

En d'autres termes, Dieu déteste l'homme qui jette sa femme, qui blesse sa femme, qui la maltraite, qui la couvre de violence, en particulier parce que le mari est censé être son protecteur.

Le cœur de Dieu dans toutes les Écritures est envers les personnes vulnérables. Le cœur de Dieu dans toutes les Écritures est la grâce et la miséricorde. Dieu s'appelle lui-même notre tour forte, notre refuge, notre aide dans les moments difficiles.

Proverbes 6: 16-19 énumère sept choses que Dieu déteste: «Un regard fier, une langue mensongère, des mains qui répandent du sang innocent, un cœur qui conçoit de mauvais plans, des pieds qui courent vite vers le mal, un faux témoin qui parle. mensonges, et celui qui sème la discorde entre frères. "

Pour certaines femmes, c'est la description de tout leur mariage. L'intention claire de Dieu en ce qui concerne le mariage est que ce soit une représentation de la manière dont Christ et l'Église sont en relation. Il y a l'amour, la réciprocité, les soins. Il n'y a pas de violence, pas de dureté inutile, pas de force majeure, pas de mensonge, pas de méchanceté.

(Permettez-moi de dire pour la gazillion fois: je ne suis pas un partisan de chaque femme juste et laisser son mariage pour une raison quelconque. Mais je dis que je crois que Dieu déteste tous les types d'abus, y compris - ou peut-être surtout - dans le mariage, et si le mari refuse de s'arrêter pour demander de l'aide, c'est là que la grâce doit intervenir et se couvrir lorsque le mari ne fait pas ce qu'il est censé faire.)

Je crois qu'appliquer «Dieu déteste le divorce» au cas d'une femme battue à la recherche d'un conseil biblique lui demandant si elle peut ou non laisser son mariage à un homme impénitent et violent est semblable à quelqu'un qui prend «Jésus pleure» et dit que Jésus montre de la compassion. sur l'adolescente qui a violé le couvre-feu et ne peut plus avoir son téléphone pendant une semaine. (Très bien, mais j'espère que vous comprendrez ce que je veux dire.) En soi, c'est un abus de l'Écriture et de l'abus du cœur d'une femme déjà blessée.

Les Ecritures sont notre guide, absolument. C'est la parole même de Dieu envers nous. Mais faisons très attention à ne pas l'utiliser comme une arme contre ceux qui souffrent déjà tellement et qui ont désespérément besoin de notre aide et de notre soutien.

Si cet article vous encourageait, vous pourriez tirer parti de «Déchiffrer: accrocher la foi jusqu'à la fin du mariage chrétien», disponible ici ou «Vivre par le divorce en tant que femme chrétienne», disponible ici.

L'article est apparu pour la première fois sur elisabethklein.com. Utilisé avec permission.

Elisabeth Klein vit avec son doux mari, Richard, dans l'Illinois. Ensemble, ils ont cinq enfants, de quinze à vingt-six ans. Ils fréquentent l'église chrétienne communautaire à Yorkville. Elle passe son temps à écrire, parler et encadrer les femmes. Elle a écrit plusieurs livres, tous disponibles sur son site Web (www.elisabethklein.com). Elle propose également des cours en ligne et des groupes Facebook privés pour les femmes mariées difficilement ou divorcées. Vous pouvez la contacter à

Crédit photo: © Thinkstock

Des Articles Intéressants